Qu'est ce qu'Iwama Ryu PDF Imprimer Envoyer

Iwama est un village japonais situé à environ deux heures de train de Tokyo, dans la province d’Ibaraki.
Ueshiba Morihei, le fondateur de l’Aikido s’y retira après la guerre pour y installer son Dojo et se consacrer à son art. Dans cet univers rural, pour ne pas attirer l’attention des soldats américains qui avaient proclamé l’interdiction de pratiquer les arts martiaux, O Sensei baptisa son Dojo « Aiki En », la ferme de l’Aiki. Enfin dégagé de nombreuses et lourdes responsabilités, il put y poursuivre de façon intensive son entraînement personnel ainsi que  ses pratiques ascétiques et spirituelles. Pendant plusieurs années de recherche, il affina sa perception et changea beaucoup de choses afin d’ancrer son art dans la modernité : il adapta les techniques anciennes pour les rendre plus rationnelles et plus réalistes, convenant aux besoins de ce nouveau Japon. Il mit également l’accent sur la pratique des armes et privilégia la relation entre les techniques de Ken, Jo et les techniques à mains nues. Ses méthodes d’enseignement changèrent également. Auparavant, il ne montrait les techniques qu’à peu de reprises, avec peu ou pas d’explications et chacun devait imiter ses mouvements comme pour les « voler », ce qui était la façon traditionnelle d’enseigner au Japon. Dans ce nouveau contexte, il se consacra entièrement à sa recherche personnelle et à la transmission de ses conclusions à ses quelques élèves proches en radicalisant son enseignement, donnant des explications claires sur les principes et les déplacements et corrigeant chaque erreur commise. Il donnait aussi de nombreux points précis à respecter à la lettre, c’est à dire les clefs de voûte d’un mouvement juste. Chaque technique devait avoir une identité précise et un déroulement propre qui la différenciait des autres. Il systématisa et organisa l’apprentissage des techniques par famille, par saisie ou attaque et par niveau, commençant ses cours par les formes de base et évoluant sur 2, 3 ou 4 niveaux jusqu’à la forme avancée. Il insistait sur le fait que le moindre détail devait être correct pour que la technique soit efficace. Les anciens devaient travailler avec les débutants : le sempai commençait, et lorsqu’il avait effectué la technique à gauche et à droite venait le tour du kohai. De plus, comme il y avait peu d’élèves, O Sensei projetait chacun d’entre eux au moins une fois, et enseignait également individuellement. A cette époque, O Sensei dit avoir enfin crée l’Aikido qu’il avait toujours souhaité réaliser.
Après la mort du fondateur le 26 avril 1969, Saito Sensei devint l’instructeur principal du Dojo d’Iwama ainsi que le gardien de l’Aiki Jinja, temple de l’Aikido érigé par le fondateur sur un terrain proche. Il avait suivi et servi O Sensei avec assiduité et dévouement  pendant  23 ans. Le décès de son maître renforça sa résolution de tout faire pour garder intact l’Aikido hérité de ce très grand personnage qu’était Ueshiba Morihei.
Saito Sensei a été formé par Maître Ueshiba selon l’enseignement traditionnel, c’est à dire de personne à personne. Pour diffuser l’aikido, il a effectué de nombreux stages au Japon et dans le monde entier, se trouvant confronté à des groupes de nombreux élèves. Pour instruire correctement à plusieurs personnes, il a été amené à décomposer et à codifier cet enseignement, pour le rendre accessible à tous. Cependant, il s’agissait pour lui de préserver l’Aikido authentique du fondateur et non de créer un style. Il n’a rien changé : même points fondamentaux, même placements, même attitudes.
Sa méthode d’enseignement est connue sous le nom d’Iwama Ryu, c’est à dire l’école d’Iwama. Elle désigne la filiation au Dojo du fondateur à Iwama, où Saito Sensei transmettait ce qu’il avait appris d’O Sensei, son seul maître. Ce groupe ne revendique rien d’autre que de suivre les aspirations de cet illustre enseignant, c’est à dire préserver la pratique de cet Aikido sans y apporter la moindre modification.

«  Ce Dojo n’est pas mon Dojo, c’est celui du fondateur. Alors je me dois d’y enseigner exactement ce que le fondateur y enseignait. »

Saito Morihiro Sensei.